A Babylone, dans le premier millénaire avant notre ère, la connaissance est réservée à la caste des prêtres. On croit à une explication mythologique du monde : l'eau est à l'origine de tout, la Terre a surgi de l'océan. Au-delà, le dieu solaire fait paître son troupeau. La voute céleste est un mur solide qui renferme les eaux supérieures. Le matin, à l'aube, le Soleil entre par une porte située à l'Est. Il parcourt le ciel et ressort par une porte semblable à l'Ouest. La Lune, les planètes et les étoiles sont des êtres vivants. A l'instar du soleil, elles empruntent leur propre chemin sous la voûte des cieux.

Pour les Égyptiens, le monde est une sorte d'énorme caisse rectangulaire dont la base interne est constituée par la superficie des terres. Râ, le dieu du soleil, renaît chaque matin à l'est, traverse le ciel dans sa barque et meurt chaque soir à l'ouest. La voie lactée est un Nil céleste qui coule dans les régions habités par les esprits des morts.

Les Juifs partagent aussi cette conception de l'univers. La Genèse affirme que "l'esprit de Dieu planait à la surface des eaux" (Gen 1,2), "Et Dieu fit le firmament, séparant les eaux des eaux, celles qui étaient dessus de celles qui étaient dessous" (Gen 1,7), "Car les fondements de la terre lui appartiennent, et Dieu y posa le globe" (Sm 2,8).

La chrétienté accepta pendant longtemps ces explications car le peuple juif y avait adhéré et parce qu'elles correspondaient à la création du monde vue par la Bible. On n'hésita pas à pourchasser comme hérétiques ceux qui osaient affirmer le contraire.

En Asie, les Hindous conçurent une cosmologie originale qu'ils attribuèrent au dieu Brahma. Une tortue, symbole de force et de pouvoir créateur repose sur un énorme serpent qui se mord la queue. Le serpent symbolise l'éternité.

Sur la tortue, des éléphants portent les trois mondes : le monde inférieur, ou région infernale, le monde intermédiaire (la terre) et le monde supérieur qui s'appuie, à son tour, sur un autre groupe d'éléphants (c'est la région des Dieux). Le triangle, symbole de la création, réunit ces trois mondes.

 

Les Mésopotamiens excellaient dans l'observation astronomique. Ils compilèrent un nombre incroyable d'informations, d'une très grande précision. Mais leur cosmologie était restée très rudimentaire. Ils ne cherchèrent jamais à expliquer le mouvement des astres par un modèle physique ou géométrique. Ce n'est qu'avec la civilisation Grecque qu'apparaîtront les premiers modèles en mesure d'expliquer l'univers (l'astronomie était-elle déjà une science en Chine, plus de 2000 ans avant l'ère chrétienne ? On le suppose bien qu'aucun document ne vienne confirmer cette hypothèse, un empereur chinois ayant jugé utile de brûler tous les livres anciens en 213 avant J.C.)